Tuesday, January 28, 2020

Premières impressions sur la connexiion Blueline

J’ai finalement décidé d’accepter de m’engager pour 12 mois avec Blueline Madagascar. C’est une sorte de retour de l’enfant prodige, puisque j’avais déjà utilisé un abonnement avec engagement avec Blueline auparavant. J’ai choisi une offre promotionnelle combinant la connexion internet et la télévision numérique terrestre. Le prix est de 189.000 MGA par mois, pour une connexion avec 125Go de volume de FUP et de l’offre Bouquet Ultime.
A titre de comparaison, 75Go mensuel pour Telma, sans engagement (ou en postpayé) est à 195.000 MGA. Cette offre est promis avec 50Go et un bonus de 50% si paiement par Mvola. Mais c’est une offre sans la télévision.

J’ai eu beaucoup de messages décourageant de la part de connaissances quand j’ai dit dans mon compte Facebook que j’allais choisir Blueline. Ils avaient tort.

Premièrement, Blueline n’est pas exactement du “branchez et surfez”. Il faut prendre du temps pour aller chercher un point où la box capte le mieux. Le débit varie énormément entre deux points distancés de deux mètres.
Placé au mauvais endroit, j’ai eu droit à 1,8 Mbps en download et 0 Mbps en upload. Je fais toujours mes tests en choisissant un serveur situé hors de Madagascar. Pire, dès que j’utilise la fonction d’upload, la connexion devient presque inutilisable, le ping passe abruptement de 250ms à 25.000 ms soit carrément 25 secondes. Je n’ai pas réussi à uploader un fichier de 3Mo vers Gmail.

Côté assistance technique, Blueline a une bonne réputation. J’ai envoyé un SMS à l’agent qui m’a vendu le produit que j’allais la rappeler à 14heures (Il était midi trente et je ne souhaitais pas déranger à cette horaire). Cinq minutes après mon SMS, c’est le service technique qui m’a appelé et m’a expliqué qu’il fallait avoir 5 barres vertes sur une connexion 3G, ou 4 barres vertes sur une connexion 4G, depuis l’interface, pour avoir un débit optimal. J’ai donc commencé la chasse au point G dans toute ma maison et cela a duré quelques 30 minutes, car il faut poser la box, ouvrir l’interface, laisser les barres de réseau se stabiliser et trouver le meilleur endroit.

Une fois ce point G trouvé, c’est l’orgasme côté download. 4Mbps sans coupure. Le ping reste stable même pendant l’upload, qui lui ne passe pas au dessus de 256kbps.

Côté télévision, j’ai CTV2, CTV, Nat Geo, Science&Vie, Voyage, Ushuaia, M6, France 3, 2, 5, TF1, Antenne Réunion entre autres, et des chaines qui ne m’intéressent pas comme BeIN1, 2, 3. La qualité de l’image de certaines chaines sont moins bien que les satellites, et l’orientation de l’antenne est à chercher correctement, mais en cas de mauvais temps, je trouve que la TV Blueline résiste mieux. L’option enregistrement est offerte mais ma box TV semble avoir des bugs avec le flash disk.

Mais la raison principale qui me pousse à vouloir un volume de FUP élevé est que je souscris à Amazon Prime Video (que je changerais peut-être en Netflix plus tard). Avec le débit et le volume à ma disposition, je passe mon temps libre à visionner des séries et des films. Je télécharge toute une saison en une nuit.

Résumé : Pour ceux qui souhaitent s’engager avec Blueline, je préconise de voir préalablement si la zone où vous utiliserez la box internet est bien couverte. S’il est possible d’emprunter une box à quelqu’un qui dispose d’une connexion Blueline afin de vérifier le débit et rechercher le fameux point G.
L’internet reste, je pense, une offre grand public. Pas adapté à une utilisation professionnelle où on a besoin d’upload. Mais pour faire Amazon / Netflix, c’est nickel.
Ma box TV a peut-être des défauts quand une disque dure est branchée. Dès mi-février, je rappellerai le Centre Technique pour voir ce souci. Je suis optimiste qu’ils résoudront ce souci très vite.

Amazon Prime Video coûte 11.000 MGA / mois les 6 premiers mois. Je paie donc au total 200.000 MGA / mois pour internet + TV + Amazon Prime Video.

Tuesday, September 17, 2019

Prix MP

BNI Madagascar lance sa plateforme e-commerce, BNI P@y. Si cela vous intéresse, je vous déconseille d’aller suivre le lien précédent car cette page, comportant quelques six-cent mots, et où BNI P@Y revient 8 à 10 fois, ne vous apprendra rien, presque rien.

L’équipe marketing a fait une vidéo qui n’est pas disponible sur cette page web, mais dans leur page Facebook, une vidéo de 85 secondes qui n’apprendra pas plus.

Si vous voulez en apprendre un peu plus, ne vous inquiétez pas, ils ont sûrement recruté quelqu’un pour gérer cette page Facebook, et dont le job consiste à vous prier de leur contacter en m.p

Déjà, prioriser un canal Facebook au détriment de son propre site web m’agace. Il est vrai que Facebook est incontournable pour une opération marketing, mais cela me désole la manière dont les gens gèrent leur communication. Au lieu de centraliser les données à partager sur leur site web, et de promouvoir les liens via les réseaux sociaux, la mode est donc maintenant de prioriser Facebook et de laisser de minces traces sur le site web… Et, s’il vous plaît, il n’y a pas de lien vers les ressources mis sur Facebook dans le site web, si vous ne connaissez pas l’existence de leur compte Facebook, gare à vous. Mais le pire, c’est que les informations utiles sur leur produit sont occultées comme des secrets d’État. Si vous voulez en savoir plus, la question que vous avez à poser et la réponse qu’on vous accordera doivent passer en MP.

MP, ou message privé, dans le domaine du commerce, est devenu un moyen détesté car abusé par les vendeurs, soit pour proposer un prix différent en fonction du profilage de l’acheteur, soit pour proposer un prix trop exorbitant. En somme, un attrape-nigaud.

Je n’aurais jamais pensé qu’une telle pratique puisse atteindre de tels professionnels. Et ce constat me pousse à réfléchir moi-même sur ce que je rends disponibles comme informations sur mon propre site web.

Oui j’affiche les prix et les caractéristiques du produit, mais il y a quand même quelques questions récurrentes dont je n’ai pas pris la peine de noter afin d’enrichir une FAQ sur mon site.

Friday, July 19, 2019

Football africain : Madagascar dans le chapeau 2

Le classement FIFA des équipes masculines de football sera renouvelé d’ici quelques jours. Après un parcours glorieux à la CAN, obtenant 2 victoires, 2 matches nul et une défaite qui ne sera pas comptabilisée, il est plus que certain que Madagascar sera désormais classé dans le chapeau 2. Autrement dit, Madagascar figurera parmi les pays classés entre le rang 13 et 24. Actuellement, Madagascar est classé 25è, c’est à dire le premier du chapeau 3.

Nous serons au moins classé 20è en Afrique, en surpassant le Niger (qui est dans notre groupe pour les éliminatoires à la CAN 2021), mais aussi la Mauritanie, le Kenya et la Lybie.

Si on se réfère donc au classement FIFA avant le début des éliminatoires de la CAN 2021, le favori de notre groupe K est la Côte d’Ivoire qui restera dans le chapeau 1, Puis, Madagascar est le second sur papier, désormais dans le chapeau 2. En troisième position il y aura le Niger et le “petit poucet” du groupe sera l’Ethiopie, actuellement classée 150è au classement FIFA. Imaginer gravir les échelons en seulement deux ans et passer du chapeau 5 jusqu’au chapeau 2 aurait été un rêve complètement fou, quand on débutait les éliminatoires pour la CAN 2019 en faisant un match de barrage contre Sao Tomé et Principe, mars 2017.

Maintenant, la lourde tache pour le sélectionneur Nicolas Dupuis sera le maintien dans ce chapeau 2, et de gravir les échelons pour espérer figurer dans les 16 premiers ou, pourquoi pas dans les 12 premiers d’Afrique?

Mais cela passe par des exploits, et l’exploit sera de ramener des victoires lors des déplacements en Ethiopie et au Niger, mais aussi vaincre la Côte d’Ivoire à domicile. J’espère qu’on débutera les éliminatoires par un déplacement en Ethiopie, et qu’on recevra la Côte d’Ivoire lors de la deuxième journée. Après cela, Dupuis aura environ 10 mois pour reconstituer une équipe plus jeune car la troisième journée aura lieu fin août 2020.