Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/vh/dotmg/www/dotmg.net/what-if/fp-includes/core/core.fpdb.class.php on line 303
What if ...

Friday, January 28, 2011

Raha toa moa ka … taonan’ny fiovana

Manana vaovao ratsy roa aho.

Tanana mifandray, fanaovam-beloma!

Illustration : handshake - AttributionShare Alike Some rights reserved by Aidan Jones

Fa tena tsy haiko aloha na hoe lasa sekoly ho an’ny firenena hafa eto Afrika marina i Madagasikara, fa toa nahagagagaga ihany ny mahita ity tolona sy fionganam-panjakana na fanonganam-panjakana miseho lany eran’i Afrika amin’izao fiandohan’ny taona vaovao izao. Andeha holazaina amin’ny teny tsotra hoe Fiovana na fanovana fa manahirana ihany indraindray ny mampiasa an’ilay voambolana hoe Fanonganam-panjakana, izay mamofona teny maloto. (Izay indray Dôty sy ilay hoe teny maloto).

Tonizia, Ben Ali, nitondra firenena nandritra ny taona maro, nefa voaova tampotampoka teo, voaova tamin’ny hatezeram-bahoaka sy tolona mivaivay dia namoahan’ny fitsarana ao amin’ny fireneny didy fampisamborana.

Côte d’Ivoire, Gbagbo efa asaina maka sisiny, tsy arako tsara aloha izay fampihavanana atao any, misy resaka consensuel sy inclusif ve? Fa ny inoako dia ho tratran’ny fiovana tsy ho ela koa ao Abidjan ao.

Gabon, fa inona ity ataon’i Obama, Obame mantsy e. Zaza ratsy taiza taiza ity? Herintaona mahery aty aorian’ny fifidianana, sy nitondran’ny Filoha dia milaza ianao fa ianao no tena lany tamin’ny fifidianana. Sady amin’izay ny tena kaombila, ilehiry manao fianianana sy milaza tena ho Filoha io tamin’ilay fifidianana natao, dia tary amin’ny laharana fahatelo tary, raha nisy deziem toro dia tsy tafiditra tao akory. Asa koa iza no nampianatra ny mpanohitra afrikanina hoe “En Afrique, tout est permis, et le ridicule ne tue pas”. Tsy dia ahiako hitondra fiovana araka izay antenain’ilay adala lahy io aloha ny fihetsika ataony, nefa mety hitondra fiovana hafa tsy ampoizina kosa raha tsy mitandrina ny mpitondra, asa, tsy mbola fantatro ny ho avy.

Ejipta, misy manozongozona koa i Moubarak, possible aloha ny fiovana raha manaiky hanampy tosika ny Tompo e, Farao aza nataony natelin’ny ranomasina tamin’ny fotoan’androny, ary bandy kely tsy ampy traikefa antsoina hoe Moizy na Mosesy no mba mpitarika ny mpanohitra tamin’izany nefa dia nandresy.

Fa ny fahorian’ny hafa aloha fifalian’ny hafa e! Nisy fifaninanana izay hitako tamin’ny internet, resaka jeux ilay izy: MORPG, tao amin’ny site iray Jagex.com. Betrayal and Ruling no anaran’ilay lalao, ary resaka fitondrana fanjakana sy fanonganam-panjakana, sahalahala amin’ireny Age of Empires ireny, fa mila mpilalao eo amin’ny 7 hatramin’ny 50. Dia tena variana tamin’io lalao io aho, ary tafiditra isan’ireo 50 nahazo be isa indrindra. Dia nahazo fanasana tamin’ny mpamorona ny jeu hifaninana ho lasa testeur an’ilay jeu, raha ny filazan-dry zareo dia 17 izahay no nanaiky hanao an’io fifaninanana io, ka ny 6 voasafidy no horaisiny hokaramaina isam-bolana, ary ny asa atao dia mi-jeu, mikaroka ny bug sy ny tsy fetezana rehetra.

Rehefa nivaly ary ny fitsaran-dry zareo, dia laharana fahafito hono aho, ary ny tena tsy nahatafiditra ahy tao amin’ilay 6 voaray dia hoe somary lafo hono ny karama nangatahiko, nefa dia 1200 USD isam-bolana fotsiny, tokony ho kely izany ho an-dry zalahy fa betsaka kosa ho ahy, saingy diso kajy aho fa hay afrikanina sy indianina no ankamaroan’ny mpifaninana tamiko, ka dia sahy ambanin’izany ry zalahy.

Tampoka teo, tamin’ny alahady teo, naharay imailaka indray aho. Naratra noho ny fihetsiketsehana tao Tunis ho fanovana an’i Ben Ali hono ny iray amin’ireo 6 voaray, voa teo amin’ny masony, ka tsy afaka hanohy hiasa ho an-dry zareo intsony aloha, koa raha mbola vonona aho ary manaiky ny hanena kely ny karama takiako hitovy amin’ny an’io bandy (na sipa, tsy haiko) tonizianina io, dia horaisiny aho manomboka ny tapaky ny volana febroary. 1150 USD kay ny an’i nedala (na ikala), dia io izany no ho karamako isam-bolana manomboka ny volana febroary ho avy izao. Nekeko avy hatrany, tena raha bandy gasy kely ity no mahazo an’izany rehefa mivadika ho ariary, misy ihany izany, amin’izay ilay asa tena mi-jeu mandavanandro.

Izaho no hiantoka ny connexion internet fa mila internet ilay asa, ary tsy maintsy manana ligne 2 moyen débit aho ary ligne iray hafa de secours. Efa an-dalana ankehitriny ny fampidirana fil Telma dia hanana connexion Moov ADSL aho tsy ho ela ho fanampin’ity blueline 4G ity. Fa ny tena tsara dia ity : mandeha amin’ny PDA sy finday avoavo lenta ireo jeux ireo, ary anisan’ny hanao test amin’ireny ihany koa aho. Io kosa dia ry zareo no hampindrana ahy ireo finday hiaka farany hanaovako test, ka dia efa nalefany ary ho voaraiko tsy ho ela hono izany iPhone sy phone mandeha Android izany.

60 heures par semaines ny asa, attention, ary manana ny moyen hanaraha-maso izy hoe tena mi-jeu mandrakariva kosa aho. Vokatr’izay dia nosoratako toy ny tsy teo ny lettre de rupture de contrat amin’ireo mpiara-miasa amiko rehetra ankehitriny. Fa indrisy fa dia tsy hanam-potoana hanoratsoratana eto amin’ny What-if intsony koa moa izany aho fa hikatona hatreo ity blaogy ity. Aza arahin’alahelo, aza androtsahan-dranomaso fa tsofy rano aho ho tafita e! Dia mampamangy.

Eo amin’ilay hoe vaovao ratsy amin’izay isika izao. Rediredy rey olona io nosoratako momba ny asa hoe mi-jeu io a! Raha ny voalohan’ny volana aprily aho no manoratra lahatsoratra toy ity dia vao mamaky ianao dia ho saina tonga fa tsy mba hitsiriritra kely hoe milay izany situation an’ilehiry izany. Bon, fa ny faran’ity lahatsoratra ity tsy maintsy mody atao mi-feinte ihany fa misy ny lava maso mijery mialoha izay ery ambany ery an!

Dia izay no izy fa dia tsofy rano aho amin’izay bizna ho ataoko dia aza arahin’alahelo, aza androtsahan-dranomaso raha toa moa ka … tsy hahavita hanohy hamelona an’i Baby What-if intsony e!

Wednesday, January 26, 2011

Et si … étrange histoire

Quand cela s’est passé, j’étais enceinte. Mon ventre n’était pas encore visible, bien que j’entamais déjà le quatrième mois de grossesse. Je n’étais pas tellement enthousiaste à l’idée de porter un bébé. Mon état a changé, trop changé depuis. Je suis toujours fatiguée, le moindre petit effort m’exténue, et j’ai une éternelle envie de pisser. Peut-être toutes les trente ou soixante minutes, je suis obligée de trouver un endroit pour décharger une petite quantité d’urine. Pas beaucoup, souvent juste une bouchée, mais la pression m’est toujours intolérable, et il m’est impossible de me retenir.

Quand cela s’est passé, je savais que j’avais fait une grossière erreur, et j’avais nettement l’impression que quelque chose de très grave, de vitale, allait m’arriver, mais je n’arrivais pas à cerner lequel, comment, où, quand… Je savais, oui, savoir, c’est le mot; je savais que je risquais très gros, que la tournure des évènements allait changer complètement et irréversiblement ma vie, mais ce que je ne savais pas, c’est si je pouvais l’éviter, ni quoi éviter ou comment l’éviter.

Quand cela s’est passé, je sortais du cabinet de gynécologie et je venais de boire une grande quantité d’eau, mais j’avais oublié d’aller aux toilettes avant de partir. J’ai ressenti l’envie de pisser au moment exact où je me suis rendue compte que j’aurais dû le faire avant de quitter le local du Cabinet Maeva, je faisais alors la queue pour attendre le bus qui me ramènerait chez moi. Instinctivement, j’abandonnais l’idée d’aller en bus pour rentrer, et je prenais le premier taxi qui passait à l’arrêt. Le taxi allait vraiment vite, et il n’y avait pas d’embouteillage, mais quelque chose d’étrange se passait.

Quand cela s’est passé, un gendarme a arrêté le taxi qui me ramenait, alors qu’il y avait un ou deux kilomètres à rouler avant d’arriver chez moi. Il nous a informés que la zone est sous investigation, et qu’aucun véhicule n’est autorisé à rouler un mètre de plus, et que le conducteur devait s’arranger avec les passagers et faire demi-tour. J’ai alors accepté de descendre et m’apprêtais à faire le reste à pied. Le gendarme n’a pas donné d’autres explications sur l’investigation qui a lieu, mais mon pressentiment m’indiquait que j’étais concernée, que cela avait quelque chose à voir avec la maison où j’habitais.

Quand cela s’est passé, un très grand nombre d’hommes en uniformes ornaient la ruelle que j’empruntais. Tous, ils me regardent étrangement, comme si je n’avais pas ma place dans ce scène, et certains me fixent du regard comme si j’étais coupable de quelque chose. Cela me donnait une étrange panique qui à son tour, aggravait mon envie de pisser. Un kilomètre à pied, ça n’use pas les souliers mais quand vous avez très très très envie de pisser, cela parait interminable. Je sentais que ma vitesse augmentait exponentiellement, tout comme la pression de mon bas-ventre. La ruelle qui mène chez moi, c’est une ruelle de campagne, peu de piétons normalement et bordée de quelques arbres et arbustes ici et là, où je faisais mes besoins parfois quand j’étais encore petite.

Mais quand cela s’est passé, je ne pouvais pas satisfaire mon besoin derrière le premier arbuste qui croisait mon chemin, à cause de ces hommes en uniforme qui m’auraient aperçue. La pression était pourtant à son comble, mais l’allée n’était pas dégagée. Devant moi, je n’apercevais plus d’autres personnes qui m’auraient gêné, mais derrière, je voyais quatre hommes qui marchaient à la même vitesse que moi. J’avais le choix entre me forcer à me retenir, avec le risque de faire dans ma culotte, ou bien satisfaire ce besoin pressant sous les regards de ces hommes étranges. Après une courte réflexion, je comprenais que la première n’est pas la solution car je ne pourrais tout simplement pas me retenir jusqu’à arriver chez moi, même en courant de toutes mes forces. C’est alors que je me suis arrêtée, faisant semblant de chercher quelque chose dans ma poche, et les hommes me dépassaient sans même me regarder. Une fois dans leurs dos, je me suis accourue vers le rebord de l’allée, me cachant derrière un arbuste, puis je me suis mise en position accroupie et déversait ce liquide qui me faisait une si grande peine. Se décharger de ce lourd fardeau, c’était une sensation au summum de l’agréable, que j’aurais très vite oublié… Mais pendant que ce déversement était fait seulement à moitié, j’ai entendu la sirène assourdissante d’une voiture de police ou de pompier, puis je voyais les quatre hommes revenir, m’aveuglant avec une torche électrique.

Pisse-Vache, une peinture de Paul Pinson montrant en vue de face un femme en bleu qui pisse

Cette illustration est une toile de Paul Pinson, publiée sur ce blog avec son aimable autorisation. En retour, avec mes remerciements, je vous propose de voir ses expo ou ses autres blogs

Quand cela s’est passé, je n’étais pas enceinte, et ces hommes en uniforme n’existaient pas. Cette allée que je croyais mener chez moi, je ne la connais même pas, je ne la reconnais pas dans mes moindres souvenirs. Non, je n’étais pas enceinte, j’étais même encore vierge. Je venais de me marier, et c’était ma nuit de noce. J’étais dans notre lit, je rêvais, à côté de mon tout nouveau mari. Je le connaissais depuis sept mois, on s’aime à la folie et on n’a pas encore fait l’amour. On a failli faire l’amour une fois, mais quand je lui ai prévenu que j’étais encore vierge, il a dit que c’était la plus merveilleuse nouvelle que je pouvais lui donner, et qu’il souhaitait attendre notre nuit de noce pour notre première fois. Ce jour-là, on s’est marié. Après la fête, j’étais un tout petit peu ivre, et lui trop fatigué d’avoir tellement dansé, qu’on a, d’un commun accord, préféré dormir pour se ressourcer; et on a mis l’alarme à vingt-trois heures, afin que notre première fois eusse lieu le même jour de notre mariage. C’était cela la réalité, les autres sont mes rêves. La sirène que j’ai cru entendre dans mon rêve, c’était l’alarme de son téléphone, la torche aveuglante, c’était l’ampoule qu’il a allumé. J’ai fait un rêve, un étrange rêve, rien n’était réel, sauf le litre d’urine que j’ai déversé dans notre lit, à travers ma robe de mariée. Oui, dormir avec ma robe de mariée ne me gênait pas, et il trouvait cela sexy, je me suis endormie avec ma robe de mariée.

Monday, January 24, 2011

Aziew’s flowers [photo]

Une rose rose
Une rose rose
Une rose rose
Une fleur rose
Deux roses rouges
Deux roses rouges
Des roses jaunes
Des roses jaunes
Je ne sais pas ce que c'est
Une rose rose
Une rose rose
Une rose rouge
Une rose rouge
Une rose rouge
Une rose rouge
Un futur bonsaï

Contrat Creative Commons


Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/vh/dotmg/www/dotmg.net/what-if/fp-includes/core/core.fpdb.class.php on line 303

Categories

Calendar

  • January 2011
    SunMonTueWedThuFriSat
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031 

No new comments

  • No comments

ads

Admin area